Friday, 31 July 2015

Creation Ministries International Deplore Martin Luther?

If they do so consistently, that is very fine with me. They might draw the consequences and convert to Catholicism.

But perhaps I should not yet be over enthusiastic. It might also be they do not deplore Luther as much when they think of this as Luther against Catholic Church, only when they see the fruits centuries later.

Here is the passage:*

A dichotomy is what occurs when a whole unit is split into two universal, non-overlapping parts. The two parts are universal, in the sense that both together make up the whole, but are also non-overlapping in the sense that the material in each part is entirely separate from the other, with no intermingling between. This is precisely the system of reality that most Christians have adapted today, with devastating consequences.

Modern Christianity tends to treat the world, all of reality, as being comprised of two entirely different realms: The sacred realm, consisting of the things which are holy and spiritual, and to which a Christian ought to pay most attention, and the secular realm, those areas to which the Bible does not speak, and which are much less important for a Christian to engage. The sacred realm generally includes things such as theological beliefs, personal morality, family dynamics, church government, and perhaps ethical behavior. These are the areas to which pastors and church leaders consistently teach, and which are emphasized as having preeminent importance for the Christian. The other half of reality is entirely different, and does not overlap with holy or sacred things at all, it is considered secular. This generally includes areas such as law, government, science, philosophy, psychology, economics, and sociology. In these areas, Christians are rarely equipped with a biblical view, because in most church’s estimations, they are simply unimportant or, worse, a distraction, from the sacred things, such as prayer, or evangelism.

Well, in this sense, the founder of Modern Christianity was Martin Luther.**

He was well aware that divorce and remarriage was against the law of God. Nevertheless he argued that the state should recognise it, since he argued the laws of the state need have nothing to do with the laws of God.

That is ONE of the reasons why I found Martin Luther insatisfactory in my teens. I had already suffered at school from a secular law divorced from the laws of God.

So, which is it, CMI?

Will you reject Luther and reaccept Catholicism, because Luther founded the Modern Christianity whose view you deplore?

Or will you cling to Reformers and say this essay of yours was a mistake, because it logically attacks Martin Luther?

Or, third option, will you say "never mind about logic"?

You are generally doing a good work about Creation Science, and on my own Creationist blog I often refer to you.***

And what you are saying today in the article I cited, the one by Rachael J. Denhollander, you are saying something really good.

There is, of course, alas, a fourth option : going covenanter. Opposite end from dichotomy is celebrating a total immersion of all societal aspects under the direct supervision of pastors of Reformed Churches, like Calvin basically did. And Knox. And Cromwell. But this has not been your style so far.

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
St Ignatius of Loyola

* On : CMI : If the foundations be destroyed
by Rachael J. Denhollander

** Exactly as the founder of Modern Judaism was Kaiaphas.

*** Creation vs. Evolution

Thursday, 30 July 2015

Judaism Rewrites History - Catholicism Does Not Need To

I will be quoting some quotes from Avi Shafran.* And I will then, after each part of his article that I quote, make a comment about it. I will conclude with some comments about Catholicism.

The truth is that ideas and even personalities can fall in and out of favor over time in the Orthodox community, as in all communities, as a result of what their approaches yielded in the real world over time. That’s not “re-writing history,” as Shapiro asserts. It is the playing out of history.

The thing is, not in the Catholic Community - as far as Orthodox approach to Catholicism is concerned and once it gets above a critical level of favour.

There are debates on whether Feeneyist belief (no one who dies without baptism and without either being baptised by a Catholic priest or after baptism converting before one is at all saved) was thus critically - the technical term for this level is "infallibly" defined by Eugene IV at Florence Council or not. Perhaps something else is sufficiently close to the text of the document - a partial conversion of a non-Catholic might make it, which is what I have personal motives for wishing and hoping, or an implicit submission to St Peter's successor, in living like the Pope wants Catholics to live, even if you are ... not a Catholic? But a Pope wants Catholics to confess to being Catholics. Or perhaps not, as the Feeneyite school claims (priest Leonhard Feeney, excommunicated by Pius XII, rehabilitated by Paul VI, one of the Sedisvacantist Schools, around English magazine Veritas and its Swedish counterpart Adoremus, two at least of the alternative Popes - Alexander IX and Boniface X, lay author Charles A. Coulombe, who must not be confused with his namesake who was a French physicist). But the basics is, if Council of Florence was a valid Council, if it Gaudete Domino is a valid document of it, if it defined Feeneyism, then Feeneyism is Catholic dogma. Or, if it defined sth a little less stringent than Feeneyism, as my back then Father Confessor Anders Piltz OPTert (and Latin Professor in Lund) suggested, when we were discussing Traditionalism and he thought I was getting totally Feeneyite, the text of the document actually says that he who "omnino non" - "not at all" - converts will be damned, and he considered this as meaning a partial and implicit conversion could make it. Or if Evolution and Heliocentrism are totally banned due to Bible and Church Fathers, according to a very famous canon from Trent council - or not.

The principle behind these discussions is that the true faith is NOT like all other communities.

It does NOT change what it has bound itself to.

So, in a Catholic ear, Avi Shafran is admitting Orthodox Judaism is not the true faith - whether he realises this or not.

Precisely as Muslims and Mormons usually do not realise that in our book it takes more than "one man has a vision of an angel telling him about God" to establish the true religion - but they still admit to basing their religions on what Jibreel taught Mahomet or what Moroni taught Joseph Smith. They admit it without realising how damning it is - usually.

What’s more, sensitivities to reputations and feelings are taken into account in some Orthodox literature about historical happenings and personalities. That hardly constitutes the equivalent of Soviet-era attempts to change the past.

I think Soviet-era (and perhaps post-Soviet-era too?) attempts of changing the past are at least inspired by this Jewish habit. You know, once back when that started, Jews were overrepresented among Bolsheviks.

If a biography of Bertrand Russell can choose to elide the great philosopher’s serial marital infidelities and not be accused of rewriting the past, a hagiography of a great rabbi should certainly be permitted to overlook judgments he made with the best of intentions that in retrospect might seem misguided to some today.

I think a biography about C. S. Lewis which left out that Joy Davidman Lewis had previously been Joy Davidman Gresham, that for this reason the Catholic friend John Ronald Reuel Tolkien boycotted the Anglican wedding, that would be not quite a biography.

I am not sure if a biography leaving out a philosopher's serial marital infidelities can claim to be an honest biography. Unless of course it was published while other involved people still had reputations to cover independently of public interest in philosopher. Or unless it only claimed to be his philosophical, not his personal biography.

Was CSL a lover of Mrs Moore? Well, as long as people lived to whom Mrs Moore's reputation mattered more than the true biography of C. S. Lewis, such a thing might be left out. If he was, there might be some rewriting to be done of biographies - in order not to rewrite the past. It seems impossible to verify, but probable that he was so up to his Christian conversion in 1930. And his today biographers on the web are not leaving that out.

Nor should his Catholic admirers leave out that he never converted to Catholicism in due form.

As for Russell, I am not sure he was a great philosopher. Not as great as C. S. Lewis at any rate, and anyone who rates him greater is in my book clearly suspect of having Bolshevik metaphysics. Of believing, if not "future classless society", at least DiaMat.

So, I do not admire the hagiographers who leave out "judgments he made with the best of intentions that in retrospect might seem misguided to some today". I would not admire a hagiographer of St Francis who left out that he helped St Clare to elope her parents or denied (or even left out) he died in his early forties after having made his life very hard with asketism. Even though such omissions might make him more attractive or less frankly unattractive to certain people. Nor do I admire people saying "he preached to birds" in a way as to suggest he was some kind of Radagast, when in reality the story is "he tried to preach to men, they refused to listen, he preached to birds and blessed them and they flew out in four directions like a cross, and men started to listen there".

Such acts of civility are at times portrayed as scandalous by Shapiro and his reviewer — as are changes of practice or emphasis.

Now, I disagree with Avi Shafran and might perhaps be agreeing with Shapiro (whom I have not read in this context, though I have read some by a linguist called Shapiro, might be same man, as quoted in Aitchison) as to where civility ends and dishonesty begins. But thanks for getting to "changes of practise and emphasis".

But the truth is that religious praxis does change, and that should be expected. While the Torah’s mandate, to observe the laws God has given us, doesn’t ever change, the particular directives of halacha (Jewish law) regarding many of those laws continue to evolve, as they always have, with normative rulings in many cases emerging only over years. That is part and parcel of Judaism’s halachic system since Sinai.

Now, I think the real literal halacha of Sinai belongs to the Old Testament. It belongs to the religion in which Jews still had a Temple - the one in which Jesus Christ was circumcised on the eighth day, carried forth during purification rite of His Blessed Mother on the fortieth day, worshipped for Easter during the visit of His Mother and Stepfather when He was twelve.

It is certainly part and parcel of the halachic system that new feasts could be added due to new graces from God. Purim and Chanukka were very famously so added before the Old Testament ended. So was - but post-Christian Judaism changed this - a Septuaginta Feast, celebrating the 70 translators who had all given same text in Greek from their Hebrew manuscripts. Now, through Christ, God gave the community of His covenants - they had lived in the Old and were starting the New with Christ - a very many great blessings. That the Resurrection happened during the Jewish Easter means that some Christians thought Christian Easter should be celebrated on Jewish dates and not omitting Jewish rites. But it was a new and greater blessing than that of Sinai. The Church decided to separate the dates (Council of Nicea gave the formula "first Sunday after first full moon after vernal equinox") - and to consider the earlier Jewish Easter as subsumed in the celebration of the new Easter of Resurrection. In Easter Vigil we do read about the Exodus of Israel from Egypt - as about Creation, Fall and promise of Redeemer, Flood of Noah.

We consider the Temple religion was the due preparation for Christianity, for Catholicism. We consider the very immense changes in "particular directives of halacha" (including non-literality of most of the 613 Thorahic laws, in their new Christian application, but literality of moral law or decalogue and literal justice, if not sufficient mercy with the justice, for the new circumstances as given by God in Christ, of the judicial system in force up to Christ) as having been decided by God, since so He chose to finish the old covenant and establish a new and eternal one. Some details were then left up to the Church to decide.

But the Temple was destroyed and the Jewish community which came up with new interpretations of Temple related laws was a community apostate by the Deicidal judgement of the Sanhedrin, apostate by the cry "we have no king but Caesar", apostate by the cry "crucify him", apostate by rejecting the preaching of St Peter the Sunday of Pentecost and therefore unable to decide validly any valid changes in halacha. At least on the level where something is replacing the Temple.

One opinion in the Talmud, for example, permits fowl and milk to be cooked together and eaten. Just try ordering milk-braised chicken in your local kosher eatery these days; they’ll sic the mashgiach on you in a Borough Park moment.

So that the fowl might not be cooked in the milk of its mother, like the calf?

How many birds give milk?

So that milk and meat may not burden the digestion?

But that is a medical, not a religious reason.

Men using mirrors was once forbidden as a “womanly” act, a once-true assessment that, for most Orthodox men today, is no longer considered applicable.

St Paul considered a man wearing long hair as (generally speaking) shameful. But he did not say "therefore forbidden". There are exceptions when Catholics wear long hair. Kings, insofar as wearing the hair longer is considered a mark of royalty. Poor men and hermits insofar as hair cuts are expensive. And El Cid Campeador up to having kept a certain promise. He felt shame as long as not having done so. Plus some Germanic peoples out of respect for their ethnic custom, in certain periods.

Saying the use of a mirror was forbidden for a man was perhaps less circumspect than St Paul.

And perhaps shows a bit how Judaism is unnecessarily machist. Too eager to stamp a man as "womanly" if not conforming to certain often very social exactions on manliness - and therefore, too social.

I will cite first a passage of the Bible, with a Catholic comment, then Avi's misciting it:

Deuteronomy 17:[8] If thou perceive that there be among you a hard and doubtful matter in judgment between blood and blood, cause and cause, leprosy and leprosy: and thou see that the words of the judges within thy gates do vary: arise, and go up to the place, which the Lord thy God shall choose. [9] And thou shalt come to the priests of the Levitical race, and to the judge, that shall be at that time: and thou shalt ask of them, and they shall shew thee the truth of the judgment.

Challoner comment: [8] If thou perceive: Here we see what authority God was pleased to give to the church guides of the Old Testament, in deciding, without appeal, all controversies relating to the law; promising that they should not err therein; and surely he has not done less for the church guides of the New Testament.

Orthodox societal norms, too, are subject to change, according to the guidance of the religious leaders of each generation. That’s nothing novel, either; the Torah commands us to heed the “judge who will be in those days” — even if what he says is different from what a previous generation’s judge may have said.

If the norm is just societal, if it is not doctrinal, not sacramental, not a question of justice, we agree. Also, if "different" does not involve an actual contradiction. But not if it involves both a contradiction and a level considered as doctrinal, sacramental, or of justice, of the natural law.

Non-Feeneyites express themselves differently than Gaudete Domino at Council of Florence to Armenians, but if that "different" involves a contradiction about the doctrine of salvation, one must be Feeneyite. Only if it involves no contradiction, only then can one accept this difference on the doctrinal level.

Also, what dynasty constitutes a true kingship claim over any ethnic nation, there too changes can come. Even acceptance of Republics may be fine, as long as it is acceptance only of a different constitution, not of a different spirit of constitution. The Irish Constitution which starts with "in the Name of the Holy Trinity" is a Republican one, but not an Anti-Catholic one. Not even an Uncatholic one.

But this is about the difference between societal norm and doctrine. Catholic priests on Ireland today may contradict those in the times of Bonnie Prince Charlie or Queen Victoria or Charles II on whom the Irish must obey as civil authority. But this is only a societal norm, not a doctrinal one. Obviously certain societal norms are offlimit. One cannot say one owes obedience to an Oliver Cromwell or a Robespierre - that is not just another societal norm, it is in contradiction with the Catholic doctrine of what a state is or what a state owes the Church, especially in a nation that has received the faith.

I am afraid that Avi Shafran is shuffling in doctrinal matters under the heading "societal norm" - and I am also afraid since his community goes back to the apostasy of "no king but Caesar" while rejecting the true Christ of Whom Moses spoke, that to him "societal norm" is the main thing and doctrine less important. Indeed, if he can consider Bertrand Russell as great philosopher, he probably does not very much value the doctrines about God in the haggada (story) of the Torah - to which we Christians however still owe absolute allegiance, just as in the days of Gamaliel and of Christ.

Consider a societal norm taken for granted today, like religious education for Orthodox girls. That was once entirely non-normative; every educated Orthodox Jew is well aware of that. But the religious leaders of the Orthodox world in the early 20th century — including the revered Chofetz Chaim — decided it was necessary for girls to be formally taught Jewish beliefs, texts and halacha . And so the radical change was made. A world without Bais Yaakovs is today unimaginable.

Indeed, Judaism is placing "societal norms" over the commandment "thou shalt honour thy father and thy mother". It started to do this very soon after its apostasy, even before the Temple was destroyed.

Hanan ben Hanan, son of the Hannas who was father in law to Caiaphas, killer (by pseudo-judgement) of the Apostle and martyr James, whose relics were miraculously transported to Hispania, where he had preached before returning to martyrdom, cannot possibly pass for a Christian authority, nor can any of his successors, up to destruction of Temple. It was his immediate successor, Joshua Ben Gamla or Joshua Ben Gamaliel, who introduced school compulsion for boys, thereby taking away the liberty of parents to decide the education of their children.

And, not only does the rewriting remind of Soviet-era, but the use of the term "societal norms" in a connection like this one does so too.

Avi Shafran has more or less stated that Jewish Orthodoxy is not at all Orthodoxy as we Christians understand it. It is society worship, man worship, idolatry. And Jews rewriting their history is not more a surprise than Greeks rewriting the story of Noah along with hints from Phenicians about Abraham and Lot into the story of Deucalion and Pyrrha. Which is sensibly close enough to original events (as given in Genesis) to be one confused confirmation of events from independent source (when confirmations are confused, many are needed, and are there), but sensibly different enough from them to not contain the orthodoxy inherent in the original story.

Even normative beliefs, at least to a degree, have changed in Judaism. Whereas once, a Talmudic sage could assert that “There is no Messiah for Israel” — that the ultimate redemption would be entirely Divine, without the reestablishment of the Davidic monarchy — today, that belief is, in the eyes of halacha , heresy, something pointed out by the revered Chasam Sofer.

The Davidic dynasty is reigning in Heavenly Jerusalem. The claims of Christ are given in Matthew ch. 1. The claims of the Blessed Virgin is being Mother to the King. And the Davidic dynasty is also reigning in the Catholic Church, since the Church Militant on Earth and the Church Suffering in Purgatory are just temporary extensions (which will end at Judgement Day) of the Church Triumphant up there.

Now, there was a judgement given in 1633. It was against Galileo. If you are Heliocentric, probably you think at the very least that judgement needs to be below the critical level, for Catholicism to hold. Heliocentrism being so proven, right?

Well, Catholicism does not need that. Heliocentrism is not proven. As I have more than once argued.

Or there were judgements carried out against Albigensians from first quarter of 13th C on to their disappearance. Sometimes with recantations of errors (as in Galileo case) and sometimes with burning of heretics (as the OT religion would have executed a blasphemer by stoning). The Catholic Church never stated as a doctrine that heretics must always be pursued this way. It only made a societal norm that heresy be tried by judges of the Church and in case of impenitent or relapsed heretics be punished according to the State law about punishment for heresy (which was usually, in pretty many states, by popular demand since rise of certain heresies leading up to Waldensians but before them, burning). This only implies for doctrine that burning for heresy is not in iself undeserved (except in cases where innocents are falsely found guilty), not that it must always be carried out in all and every circumstances.

Or begging was encouraged and making money out of lending money discouraged - well, yes, as should be. Some people get economic ethics so totally backwards they think there was something wrong with Medieval Catholic ethics on economics here. No. Catholicism does not need to rewrite its history.

Same thing is of course true as to its age limits over most centuries about marriage : 14 for boys and 12 for girls.

Doctrinal implications are: 1) the brain maturity and maximum volume as gained through the growth spurt age 10 to 12 (both sexes) must be there for consent, unlike that which consolidates but somewhat shrinks the brain in ages 18-25; 2) the sexual puberty must be there (it comes both sexes between 9 and 18, but typical near totality of boys ages ages 13 to 15, typical near totality of girls ages 11 to 13); Church society has a right to legally regulate access to marriage according to the medium age of puberty (at which age the brain maturity is also there).

As to the raising of age limit from 14/12 to 16/14, it involved replacing medium age of puberty (age at which approx 50% have attained it) with an age at which 95% have attained puberty. It involved no reference to the next stage of brain development, the one which determines adult brain for most of life, and therefore does not involve a doctrinal, only a societal norm change.

The 18/18 limit given by civil societies however involves a reference to teens being too immature to chose for life whom they shall live with. Accepting it as anything other than an unjustice is therefore a doctrinal contradiction. Some who would accept this are indeed involved in leaving out references to the 14/12 limit - but I do not think they are more Catholic in accepting the doctrinal contradiction which is at least implied or shaded at, than they are in using "Jewish acts of civility", as "defended" by Avi Shafran.

No, unlike Judaism, Catholicism has shown rock immobility, as it could expect if "thou art Peter" was spoken by God. And by the same God who spoke to Moses on Sinai. Next verse, Matthew 16:19, is where He promised that Papacy and Episcopacy should receive the keys of the kingdom of Heaven that Rabbis and Kohanim were about to lose.

I can congratulate Avi Shafran on two things - one is being "honestly dishonest" about this in the article cited. The other is how I found him, he is not a fan of modern Darwinism.**

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
St Rufinus of Assisi***

* Read more: Forward : Yes, Orthodoxy Changes. No, That's Not 'Rewriting History.' Avi ShafranJuly 20, 2015

** I had already signed, but he is presumably not a fan of original Darwinism with its racialist and eugenic side issues either. Let's hope so.

*** Patron Saint of one Ruffino Niccacci.

Monday, 27 July 2015

Il y a des temps que je me sens très Viva l'Italia!

fdesouche : La CEDH condamne l’Italie à reconnaître les couples homosexuels ainsi qu’à « 5 000 euros de dommage moral »
Par Horatius le 21/07/2015

Le jugement va dans le très mauvais sens que l'aberration ait un droit pareil à la normalité à se perpétuer en stabilité.

Jusqu'à maintenant, l'Italie a gardé le droit égal qu'on les femmes lesbiennes et les hommes pédés à se marier - mais pour de vrai, selon la définition du mariage de Genèse 1:27-28, confirmé en Marc 10:6.

L'Irlande et la France ont opté récemment pour abolir cette égalité administrativement. Celui qui est embrouillé dans un pseudo-mariage n'a pas un droit égal, devant l'administration, de briser une vie en abjection en optant pour un vrai mariage - puisqu'il est censé "être marié à un autre" déjà. C'est très bien que jusqu'à maintenant l'Italie n'ait pas brisé cette égalité. Un pédé embrouillé en affaire amoureuse avec un autre pédé reste aussi capable de se marier avec une femme (ayant dit "bye bye" au "partenaire") qu'un pédé non impliqué dedans. Ils n'ont pas la possibilité d'avoir un statut qui les rend moins égaux dedans.

Par contre, la Cour Européenne des Droits de l'Homme ... j'ai déjà noté il y a une vingtaine d'années que la déclaration derrière, la Convention européenne des droits de l'homme, n'est pas conforme au Décalogue, donc ne reflète pas la loi naturelle. Cette déclaration est donc en certains détails, et par là aussi dans son ensemble, hérétique. Et il ne s'agit pas juste des libertés de trop, mais aussi des égalités de trop et encore des inégalités et des illibertés de trop, les fameuses exceptions en chaque article depuis le 8:

[Article 8.] 2. Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

[Article 9.]2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

[Article 10.] 2. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire.

[Article 11.] 2. L’exercice de ces droits ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. Le présent article n’interdit pas que des restrictions légitimes soient imposées à l’exercice de ces droits par les membres des forces armées, de la police ou de l’administration de l’Etat.

Article 17. Aucune des dispositions de la présente Convention ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu, un droit quelconque de se livrer à une activité ou d’accomplir un acte visant à la destruction des droits ou libertés reconnus dans la présente Convention ou à des limitations plus amples de ces droits et libertés que celles prévues à ladite Convention.

Vous voyez?

Une fois qu'une liberté est acquise et regardée comme étant normalement en accord avec la convention, elle rend possible de rendre illégale chaque attaque à cette liberté.

Chaque liberté peut pour autant souffrir des lois d'exception faites pour la santé - ou maniables (c'est là que ces lois deviennent lois d'exception) par les "spécialistes de la santé" (y compris donc, de la santé mentale).

"à la protection de la santé ou de la morale"

"à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques,"

"à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale"

"à la sécurité nationale, à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale"

La morale publique ... si la morale publique est catholique, fort bien. Si elle ne l'est pas, fort mal.

Et la référence à la "santé publique" est assez confuse, à moins de vouloir simplement dire à la prévention des épidémies - et ceci n'est pas un but qui prime tout.

Comme pour certains des points "sécurité" est un but sur lequel juge l'homme au pouvoir, ou jugent les hommes au pouvoir, en prenant conseil des gens de sécurité (et ça peut s'empirer dans la mesure que les gens de sécurité s'apparentent à une police secrète oppressive), ainsi la référence à la santé est un but sur lequel jugent les hommes au pouvoir en prenant conseil des médecins. Et ils peuvent alors recréer le rôle qu'avait l'Église Catholique au Moyen Âge, mais sans l'Église pour remplir ce rôle, au lieu de ça, des médecins, qui comprennent des avortionnistes, des gens ayant stérilisé, des gens ayant euthanasié (en coupure des soins, en donnant des calmants un peu surdosés, en prenant organes vitaux pour transplanter), ou encore des psychiatres et des psychologues. Tout selon le plus ou moins grand rôle que l'état leur laisse, si un peuple ou ses dirigeants a des moeurs qui leur laissent beaucoup de place, la convention leur laisse la possibilité de tyranniser. Par lois faits dans leur interêts, même lois formulés de manière équitable et égale (par exemple devoir de vaccination rendant criminel la non-vaccination), ou par lois forulés de manière de les rendre en fin de compte juges de libertés, comme les lois qui règlent la psychiatrie, ou les pro forma juges de liberté vont assez rarement libérer quelqu'un contre l'avis du docteur, malgré un rôle formellement comme juge impartial entre docteur et "patient-détenu".

Il y a d'autres problèmes aussi.

Qui rendent aussi la tyrannie possible.

Les soldats qui tiraient sur Amy Winehouse aux États-Unis quand elle voulait de retirer des soins "pour alcoholisme" n'auraient pas pu être jugés comme contraires à cette déclaration, même s'ils l'avaient tuée en tirant. Je vous laisse étudier la convention vous-mêmes pour trouver les hics qui l'auraient permis.

Mais, il y a eu un temps, on entendait surtout parler des cas où les juges de le Cour Européenne avaient protégé le bien commun et les libertés individuelles contre marxistes.

Maintenant, il y a eu quelques années le cas où une Finnoise ne voulant pas que son fils ait une classe avec un crucifix sur le mur avait gagné contre Italie, plutôt d'être demandé de scolariser, si telle était sa préférence, le fils autre part, il y a eu le cas où les Allemands qui voulaient scolariser à maison n'ont pas eu gain de cause contre l'Allemagne, et maintenant aussi ce cas qui défavorise indûment la morale publique d'Italie.

Qui est en ce cas encore coincidante avec la morale catholique. Et qui doit être soutenue pour ce fait.

Hans Georg Lundahl
Bpi, Georges Pompidou
Les martyrs de Cordoue
Georges diacre, et les couples
Aurèle et Nathalie, Félix et Liliose

How Big is Kepler 452? A Geocentric Minority Report

1) On Spirographs and Standard Candles - Cosmic Markers for Mark Shea, 2) How Big is Kepler 452? A Geocentric Minority Report, 3) - But Parallax Guarentees the Distance of Kepler 452, Right? Right? Don't Tell Me It Doesn't!

I was reading Kepler 452b would be amenable to biological life. It circles around Kepler 452.

The size given for this star by astronomers is 110% the volume of the sun.

However, the distance given by them is 1400 light years away.

What if, as I argued previously elsewhere, stars are only one lightday away?

Let's count percent. 110% : 365 (if the difference were only one light day to one light year) was already given sth like 0.3%. But as the supposed light year distance is 1400, we divide this by 1400, and I get:

0.0002152641878669276 % - or 21.5 ppm.

However, since light day/1400 light years is just one dimensional, and since we are talking of three dimensions in volume, I am here not sure (since not dealing with difference only, but with 110% divided by difference) if I should multiply this by itself three times (which would certainly be correct if dealing with difference as such) or if I should instead take the third root, reverse operation.

I'll do both, just to show how unscientific I am as to proper procedure, and let the scientists chose which of the two is better.

Now, third root gave 0.0599317917368674780968 % - if this is correct, and Kepler 452 is a light day away, it is really 0.06% as voluminous as the sun.

Reverse operation:

0.0000000000099750562888 %

If this is the correct mathematical procedure, Kepler 452, at 1 light day's distance from us, is less then one ppm as voluminous as the sun.

Now, let's check it.

I will try to instead procede from difference and involve volume only last.

365 * 1400 = 511000

5110003 = 133,432,831,000,000,000

110% : 133,432,831,000,000,000 = 0.0000000000000008244 %

So, it seems it was reverse operation, triple power there too, which was the correct one for getting from one dimension percentage to 3 dimension percentage.

Let's check the zeroes so the results are roughly compatible ....

Well, no, they are NOT, they are about a thousand times apart.

So, that gives us three values for how much less Kepler 452 is than the Sun if it is seen with its apparent magnitude but is distant only 1 light day.

0.0599317917368674780968 % or 0.06 %

0.000,000,000,009,975,056,2888 % or 1 hundred billionth of a percent

0.000,000,000,000,000,8244 % or 1 quadrillionth of a percent.

I leave it to professionals to decide which is best, and before anyone attacks my math skills for getting so diverse results, I did use a scientific calculator to help me out.

Now, recall that the supposed 110% size/volume of sun at 1400 light years distance is the size of the star, as they reckon.

We know Earth is MUCH less voluminous than Sun (and yes, with 8 light minutes and lots of planets where angle of sunlight can be tested, we do know fairly well real distance to Sun and real volume of Sun, that is not very disputable), and Kepler 452b was only 200% volume of Earth - at 1400 times distance.

So, recalibrating this would mean that in so far as Kepler 452 b was inhabitable at all, The Little Prince would feel at home, or perhaps that man in the park guard function who lights a lantern every sunset and puts it out every sunrise on his even smaller planet that turned really fast.

In other words, it is no surprise that Geocentrics do not believe in extraterrestrials, generally - at least not small universe Geocentrics.

I hope no one was stupid enough to believe I was believing in Extra-Terrestrial Non-Angelic Non-Divine Intelligent Life in their biological bodies not glorified. I don't. And anyone who told you I do (if such a stupid person exists) has lost his credibility, logically and morally speaking.

I have already stated my agreement with Seraphim Rose who considered that ET phenomena from Roswell and on (at least especially grey ones) are demonic.*

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
St Pantaleone of Nicomedia
Physician and Martyr

* Yes, I know CSL took a greater optimistic view of Extraterrestrial life - not necessarily of actual "visitors" - but then he had the handicap of being a Heliocentric. That kind of warps the issue.

Carole Raveraud Véhicule Aussi des Contrevérités

1) Pour corriger une idée “bienveillante” sur l’homosexualité, 2) Carole Raveraud Véhicule Aussi des Contrevérités

D'abord ce qui n'est pas une contrevérité: Islam ou Charia punit la femme violée.* Il y a en Afrique des gens qui font excision, pour empêcher des femmes de jouir.

Clitoridectomie et nymphectomie sont l’apanage de nombreux peuples noirs y compris dans les pays européens où ils migrent, ce dont les organisations féministes parlent assez peu de peur d’être taxées de racisme ou d’islamophobie.

Notons deux choses.

Ces populations ont aussi une grande peur de la folie - il s'agit des gens qui croient plus facilement, probablement par la culture et pas par la race, dans la folie d'autrui que ne le fait traditionnellement l'Européen.

Et cette méthode a été utilisée par Charcot - psychiatre français - avant qu'il ne se tourne à l'hypnose.

Encore une chose : il y a eu un échange culturel entre la France et l'Afrique dans le XIX S.

Bonne question alors: l'excision, est-elle une mauvaise habitude africaine temporairement valorisé par le psychiatre Charcot? Ou est-elle une mauvaise idée de Charcot, appliquée de manière plus égale entre femmes, ce que fait des femmes des moins égales avec les hommes, par les Africains?

Je ne sais pas si nous savons ou pouvons savoir ça. Je ne connais pas des textes antérieurs à ce siècle là dans lesquels des Européens auraient exprimé que ce soit curiosité ou que ce soit dégoût pour cette pratique, ni des textes antérieurs à ce siècle là dans lesquels des Africains auraient fait la recommandation de cette pratique.

À différence de la prison pour la violée (ou avant la lapidation de la violée), cette pratique n'est pas universelle parmi les Musulmans et ne remonte pas à leur Coran. Elle n'est pas non plus restreint à eux, je crois que des Animistes et des Chrétiens d'Éthiopie en certains endroits (mais ça pourrait être confusion avec les Musulmans de ce pays, il y en a aussi) ont fait des choses comme ça aussi - et ça sans que ça remonte à la Bible, ni, que je sache, à la théologie de ce pays. L'église étant liée à celle d'Égypte, et cette pratique ne se faisant pas là ... non, la théologie de base n'est pas en cause, ni en Chrétienté éthiopienne, ni chez "les Frères".

Charcot + un certain égalitarisme intraféminin (quoique pas entre les sexes) pourrait être l'explication.

Je ne défends ni l'un, ni l'autre.

Ensuite, contrevérité complète, ou presque, vous savez ce qu'on appelle "démi-vérité" mais, notons, parmi le plus néfaste possible.

Elle cite Deutéronome, 22.

La question n'est pas dans la jouissance féminine, je vais citer la vrai cause de l'article de Carole:

... elle mourra, parce qu’elle a commis une infamie en Israël, en se prostituant dans la maison de son père. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.

Et ça ne serait pas entraver à la jouissance féminine? Non, elle aurait bien pu, au lieu de se prostituer dans la maison de son père, demander à papa de lui arranger un mariage avec tel ou tel beaugosse. Et elle aurait pu jouir - dans le mariage. Mais, dira-t-on, il y avait des limites d'âge?

Dans l'Ancienne Testament cette limite d'âge était vraisemblablement à 12 pour la fille** - elle n'aurait pas eu à attendre à 18 pour le faire dans le mariage. Seule entrave, pendant l'Ancien Testament (et encore dans les églises chrétiennes du premier siècle, ou quelques-unes) elle devait avoir l'accord de son père pour le mariage.

Pour la loi de l'église après, celle qu'on appelle la loi canonique, comme pour celle d'Espagne d'il y a un siècle, l'accord du père n'était même pas indispensable. Aussi avec la limite de 12.

Contrôler une fille entre 9 et 12, même "un peu précoce"***, pour qu'elle ne se fasse pas coupable d'un crime lapidable? Est-ce si impossible que ça? N'est-il pas plus probable que dans le cas d'une non-virginité vraiment constaté par le mari, elle avait fait ça après 12? Quand elle aurait bien pu, plutôt, demander à papa de faire un mariage?

Et pourquoi devait-ce être un crime?

Il y a une raison spécifique à l'Ancien Testament (et cette loi de Deutéronome n'a pas été écrite pour être appliquée après la venue du Messie, donc, il n'y a pas raison de confuser les problèmes avec la situation actuelle), à savoir que le peuple Hébreu allait donner naissance à Jésus-Christ.

Il y a encore une raison spécifique à la situation juste après la venue en terre sainte : se démarquer des mœurs chananéennes.

Mais il y a une raison générale pourquoi les mœurs chananéennes sont mauvais et pourquoi "se prostituer dans la maison de son père" est mal, même si ça ne doit plus donner occasion à des lapidations (Rome ayant, providentiellement, ôté au peuple Hébreu le droit de faire sa propre justice capitale, juste avant la venue de Notre Seigneur).

Celle qui le fait, se donne comme "peu chère". Et une culture qui tolère ça va tolérer des vrais cas d'abus aussi. "Non, elle voulait, elle-même" ... en dessus d'un âge limite (qui monte en fonction des abus) elle ne pourra pas dire et espérer comme ça va de soi d'être crue en disant "biensûr non, c'est une chose qui ne se fait pas si on n'est pas mariés!" Carole vient de célebrer les mœurs libérées des Nazis, et après on a soldé une Allemagne où la pédérastie a sévi - parfois dans les années 70, de manière sournoise et indirecte déjà dans les Kindergärten. Cette sexualisation "tôtive" reste une faute même en absence d'actes directement exploitifs, et donne un "terrain" favorable à l'exploitation plus tard dans l'enfance.

N'hésitons pas à soupçonner que c'était très le cas parmi les Chanaanéens.

Je suis heureux d'avoir été plutôt en Autriche qu'en Allemagne (et les années en Allemagne, j'avais des nannys quand ma mère absentait en Suède comme médecin en formation). Autriche (et Bavière aussi) a mieux résisté aux libéralismes sexuelles du Nazisme.

Mais il y a encore une raison pourquoi c'est mal de se prostituer dans la maison de son père et mal pour une culture de tolérer ça. Et biensûr aussi mal de mettre les âges de mariage tels que cette tolérance devient une humanité indispensable : que la vie peut être triste quand on est amoureux ou amoureuse et quand le mariage "doit" être déféré parce qu'on est "trop jeune". Et à différence d'une situation telle que l'a vécu John Ronald, qui à l'âge de 16 s'est fiancée à une Édith ayant l'âge de 17****, cette oppression des jeunes va maintenant jusqu'à rendre impossible pour quelqu'un en dessous de 18 (et vis-à-vis une autre personne en dessous de 18, j'ai vécu les deux situations!) de même parler de mariage.

Hans Georg Lundahl
BU de Nanterre
St Pantaléon de Nicomédie
Médecin et martyr

L'article se trouve - je ne donne pas le lien - sur le blog "Sororité Aryenne" sous le titre "Sexualité aryenne et sexualité afro-sémite". Celui pour l'article avant ibidem, mais avec le titre (un titre avec lequel je suis biensûr d'accord, titre et contenu ne se couvrent que partiellement), "Nocuité des lobbys homosexuels masculins occidentaux".

* À ce propos, il y a des circonstances qui pourraient mitiger sinon ôter l'impression d'une législation barbare. Il me semble très évident que la femme Musulmane apprend dès très jeune les arts de défense et qu'aussi les gens de bien apprennent un certain retenu vis-à-vis une femme qui se défend. Parmi eux. Mais je ne sais pas comment est la jurisprudence quand l'homme était vraiment trop fort et mal élévé.

** Le Judaisme Talmudique a eu des coutumes étranges, en allant bien au-dessous de 12, semble-t-il. Parlons pas de ça!

*** Puberté atteinte entre 9 et 11 existe, mais c'est rare, comme puberté pas atteinte qu'entre 14 et 18, pour une fille. Les trois ans typiques pour la puberté sont pour les garçons entre les 13e et 16e anniversaires, là les pubertés qui attendent 16e à 19e anniversaires existe et est rare, comme celle entre 9e et 13e. Obviement, depuis la chute, il y a un petit décalage, de manière que la maturité mentale (y compris du cerveau, atteint à l'âge de 12) et la maturité physiologique peuvent tantôt montrer précocité, tantôt retardation de la physiologie par rapport à la raison - et les très jeunes pubertés (avant 14/12 selon les sexes) doivent donc pas justifier des mariages tôt faits.

**** Ils ont dû attendre des années, pas parce que leur âges étaient trop jeunes en soi, mais parce que le père d'Édith ne voulait pas qu'elle devienne Catholique ou qu'elle épouse un Catholique, et le tuteur du jeune Tolkien a dû s'opposer de son tour aussi, pour le risque au moins théorique qu'autrement son pupille apostasie pour l'épouser - et pour des motifs prudentiels.

Friday, 24 July 2015

Pour corriger une idée “bienveillante” sur l’homosexualité

1) Pour corriger une idée “bienveillante” sur l’homosexualité, 2) Carole Raveraud Véhicule Aussi des Contrevérités

Il y a des « fascistes » aryanisants, avec qui je ne suis pas tellement d’accord. La Sororité Aryenne vient de refaire le coup, pour se faire contredire pour moi, en disant cette fois à la base :

  • d’autres mammifères que nous connaissent l’homosexualité, à peu près 5 – 6 % de la population
  • l’homme aussi (et ça serait héréditaire)

    Mise à jour: j'avais peut-être mal compris qqc dans leur raisonnement. "Chez ces espèces comme chez l’homme, les homosexuels ont historiquement représentés entre 5 et 7% de la population totale, et ça n’a jamais entraîné la disparition d’aucune race." - Pour moi, ça sonnait comme si ça dépendait de l'hérédité, mais après de leur avoir envoyé le lien, elles reviennent - Carole ou une autre - me dire en écrit: Mais enfin! Comment l'homosexualité pourrait-elle être héréditaire? Nigaud, va!.

    Si elle était fatalement totale, en effet elle ne le pourrait pas. Ce que j'ai à dire dessus c'est que l'hérédité ne pousse même pas directement à l'homosexualité en tant que sodomie vécue. Par contre, si elles reclament entre 5 et 7 % stablement, on se demande comment ça sans nécessité fatale?/Fin de la mise à jour.

  • et si 5 – 6 % des couples sont stériles par ce manque de « polarité sexuelle vitale pour la reproduction » ou « de la petite différence », ça n’empêche pas la survie de la population.

Quant aux premiers deux points, on peut très brièvement répondre :

  • si des bêtes montrent un comportement dépravé (pensez au cannibalisme des crocodiles ou des requins !), c’est que nous vivons dans un monde déchu : les bêtes reflètent qq part les mauvaises mœurs des hommes, et avant la chute d’Adam ça n’existait pas (et je me suis abstenu de poser la question si le fait ne serait pas un factoïde, question qui pourrait être utile) ;
  • les pourcentages des gens supposés homosexuels dépassent nettement les pourcentages connus pour les sociétés chrétiennes env. 1900, quant à au moins l’homosexualité « assumée » ou « ouvertement vécue » (et l’hérédité est pour plus dans l’atypicité légère vis-à-vis le type du propre sexe que dans le choix de partenaire contre nature : il pourrait même s’agir des traits qui en soi ne sont pas biologiquement associés au sexe opposé, mais qui s’y révèlent socialement associés dans telle ou telle société, et dans ce cas, plus les types sociaux des sexes sont rigides, en dehors du bien biologique et du pur bon sens, plus il y aura des gens qu’on pourra qualifier d’efféminés ou de déféminisées).

Mais le troisième point mérite un peu plus de réflexion.

Accepter pleinement comme quasi « moral ou même normal, quoique atypique » la sodomie et les actes lesbiens – ça n’enlève donc rien à la vitalité d’une population ? Vraiment rien ?

Si par exemple cinq pourcent de tel singe vivent en couples dont les deux sont du même sexe, quoique je n’ai encore pas la confirmation de ce propos, les 95% qui vivent en couples hétérosexuels (ou peut-être relations hétérosexuelles entrainant plein taux ou presque d’accouplement pour les femelles d’un harem et panne sexuelle pour les mâles qui n’ont pas la force d’être chef de ce harem) ces 95% n’ont pas inventé la capote.

Chez l’homme, il y a cette différence qu’on peut penser – et moralement, et technicalement.

Sur la pensée technologique, je viens de dire davantage que suffisant.

Venons à la pensée morale.

Normalement, la capote devait être considérée comme immorale, puisque privant l’acte sexuel de sa fertilité.

Ensuite, un virement de pensée chez les Puritains a conduit à l’acceptation de la capote comme « responsable » (un mot passepartout comme excuse pour se prendre libertés un-même et couper celles des autres, parmi les modernes, surtout Puritains), au moins dans certains cas. Ceci se passe dans les années 1930 environ. La pseudo-église d’Angleterre (en avance par rapport aux Puritains durs) a rejeté la capote fermement en 1920 et l’a accepté en 1930, voyons pourquoi les Conférences de Lambeth ne peuvent pas compter comme conciles écuméniques. Et presque 40 ans après, on a les réclamations des pédés à Stonewall Inn.

Mais cette implication morale va dans les deux sens. Pas juste ce sens ci, accepté comme fait historique :

« si on accepte les capotes, alors on renie que le sexe est obligatoirement procréatif dans la mesure des possibilités, et on perd par là la raison rationnelle d’interdire les actes homosexuels … »

… mais aussi dans cet autre sens, car autant logique :

« si on accepte les couples homosexuels qui se rendent stériles par le choix de partenaire, comme les égaux des couples hétérosexuels, alors, pourquoi interdire que les couples hétérosexuels se privent aux aussi en quelque partie de leurs occasions de faire d’enfants, sans le payer par retenu sexuel difficile, en utilisant la capote une part de temps et des rapports ? »

Car, si entre deux déviances de la norme, et notons, déviances qui vont dans le même sens, celle qui est plus grande est licite, pourquoi celle qui est plus petite pourrait-elle être interdite ? On peut ne pas être d’accord avec Mahomet disant « si une grande quantité rend ivre, même une petite quantité est interdite », comme Chrétien je ne le suis pas. C’est juste la grande quantité qui rend ivre qui est interdite. Mais même Mahomet n’aurait pas dit « buvez à l’ivresse, si vous le voulez, mais abstenez-vous rigoureusement d’un petit verre » - car c’est illogique, mais complètement. Qu’après la culture Musulmane va dans ce sens illogique, ce n’était peut-être pas son intention. Vous comprenez le principe ? Bon, si la norme est (comme elle doit être) le couple fait d’un homme et d’une femme et qui font d’enfants, qui ira dire « acceptons les couples pédé, les couples lesbiens, c’est parfaitement normal, mais refusons la capote aux couples hétéro, car avec capote on évite les enfants » ? Car, ça aussi, c’est illogique.

Donc, la perte de natalité « engendrée » (ou plutôt le contraire) par l’acceptation sociétale de l’homosexualité et ce qui va avec dépasse de beaucoup la perte « engendrée » (ou plutôt le contraire) par le seul nombre des couples stériles par le fait d’être homo-« couples ». Il faut ajouter que ça donne pas mal de couples hétéro qui utilisent la capote, car ceux-ci aussi sont alors logiquement acceptables.

Et si même ça ne donne pas comme résultat immédiat l’auto-extinction des populations (mais regardez les Parsies en Inde, la campagne « soyez responsable, ne mettez pas la capote ce soir », oui ça existe !) au moins pas l’auto-extinction par manque de reproduction (à part les Parsies en Inde), au moins ça donne un vieillissement de la population.

Si à Malmö (en Suède) les nouveaux-nés s’appellent plus souvent Mohammed qu’Erik, ce n’est pas juste le résultat de l’immigration, c’est que mes compatriotes de souche utilisent la capote.

Si tel ou tel village en Norrlandie (autre bout de mon pays très élongé dans le Nord-Sud) est vide, c’est là aussi le rêve d’un « bonheur » conjugal sans la « distraction » qu’y feraient « trop de » gosses, au moins par le biais des fins des mois, et ce rêve comprend aussi (jusqu’à récemment) une vieillesse garantie par le social, qu’on aura aidé à préparer avec les impôts, sans l’avoir aussi préparé en se faisant de fils ou de filles pour prendre soin d’un-même économiquement ou de payer au moins les futurs impôts.

Je viens de dire qu’en Suède ce dernier point du rêve néfaste est déjà du passé. En 2003 le régime – à l’époque les socialistes, ceux-mêmes qui avaient véhiculé ce rêve ! – annonce qu’il ne pourra plus garantir les retraites du futur. On va continuer à payer les retraites pour ceux qui sont déjà retraités, mais pour le futur, pour une pleine retraite, pour une retraite au-delà d’un minimum dérisoire, il faut payer à des fonds privés, un assurance-retraite. Ce qu’ils n’ont pas dit est que, quand ces fonds privés eux non plus ne pourront pas payer la retraite, le régime pourra « laver ses mains » et dire que ça relève du privé. Mais des fonds, on n’a pas encore dit de la natalité des gens !

Donc, ça c’est la Suède. En France, on a trouvé une autre solution sous Sarkozy, prolonger la vie active comme salarié avant la pleine retraite. Comme vous le savez déjà.

En Allemagne – selon ce qu’on vient de me dire en 2005, et les gens là semblaient plus ouverts envers un SDF intellectuel qu’ici, donc aussi plus honnêtes, on chasse davantage les jeunes pour qu’ils paient les retraites, et ceci tellement que ces jeunes se voient (probablement à tort, mais quand même) incapacités de financer leur propre natalité, ce qui aggrave le cercle vicieux. Car en Allemagne, l’âge qui divise deux moitiés égales de la population est déjà assez haut, d’où ce manque de circonspection envers les jeunes et leurs intérêts de bonheur de vie.

Et cette panne de retraites n’est qu’une des conséquences perverses d’une population vieillissante. Qu’elle s’exprime comme en Suède, comme en Allemagne, comme en France – ou encore il y a des pays qui empruntent trop ou qui ont emprunté trop pour payer les retraites. Comme Espagne il y a quelques années ou la Grèce.

Si on coupait les subventions des capotes et si on interdisait totalement les avortements (et donc cessait de les subventionner), si on interdisait même les capotes, ça serait un petit début de solution dans le bons sens pour maintenir peut-être encore un peu le niveau des retraites avant que les gens comprennent que ce sont des enfants qu’il faut.

On aurait donc fait mieux de ne pas accepter la capote, on fera mieux de ne plus l’accepter. Et comment pourra-t-on le faire logiquement, si on continue à accepter la sodomie et encore qu’elle s’institutionnalise quasiment en cohabitations et « couples » ? Il y aurait juste peut-être une autre solution quant à l’acceptation de la sodomie. Mais ce peut-être, enfin c’est quand même en non. On pourrait imaginer d’accepter la sodomie à titre d’une aberration tolérée, comme un vice non puni, parce que les coupables ne le seraient pas, ayant quasi l’excuse de la folie.

Mais ceci aussi est pervers, car si on veut en un quelconque respect taxer 5 ou 6% de la population de fous, ou de « malades mentaux » ou comme des « fous pas trop dangereux » le concept de folie et de santé (cette fois, plutôt que sexe et fertilité ou bonheur de vieillesse et responsabilité*) est bouleversé. Croire une telle chose (et partie des gens vont croire les excuses pour une politique commune, pour une moralité vulgarisée : il s’agit des gens qui ne voudront pas comprendre que la société en laquelle ils vivent est une société qui a tort, car leur idée idéalisée de l’humanité vient de l’exemple le plus proche à eux), croire ça, ça extend par trop la notion de la folie. Il devient trop facile d’être tamponné comme fou.

Notamment, dans le cas que nous sommes en train de regarder ici, il devient trop facile d’être tamponné comme « homosexuel ».

Quand ceci n’est pas considéré comme une grave reproche, celui qui tamponne un autre ne se considère pas comme faisant trop mal à autrui non plus, en le qualifiant donc comme précisément pédé. Et la police protège moins (si encore du tout) contre ce genre de calomniateurs, en partie parce que leur consigne à ces policier est de protéger l’idéologie selon laquelle ce « n’est pas trop grave » et en partie parce que quelqu’un tamponné comme tel – comme pédé – est souvent moins riche en testostérone qu’eux et donc suspect selon eux aussi.

En même temps, on peut solder d’autres gâchis dans sa vie que « la reproche cuisante de la société » pour le fait d’être publiquement ou d’être publiquement considéré comme pédé. Si on le l’est pas, mais si en même temps on n’est pas l’expertise nec plus ultra d’un dragueur, ça peut donner une solitude vis-à-vis de la compagnie féminine souhaitée.

Chaque père qui vous trouve trop irresponsable pour sa fille, pas mal de curés (peut-être surtout des modernistes, ou sinon des « tradis musclés ») qui vous trouve trop peu stable pour les demoiselles de sa paroisse, chaque rival qui voudrait se débarrasser de vous pour des motifs encore plus personnels, pourra vous peindre comme pédé devant la concernée (le curé le fera peut-être avec quelques réserves pro forma) et après ajouter des histoires d’horreur (il y en a pour de vrai) des mariages gâchés par l’homosexualité de l’un des époux.

Ou on pourra essayer à vous pousser à « assumer votre homosexualité » (je viens d’avoir dans le mail une série de photos moches d’un homme nu, qui a pu vouloir « m’encourager » dans ce sens-là) – même si à votre propre avis (et vous êtes le concerné) il n’y en a pas.

Une telle intrigue aussi pourra vous gâcher les prospects que vous avez pur un mariage, dans le sens normal du mot, bien entendu. Des harcèlements comme ça peuvent vous rendre coléreux (à moins que vous soyez très tolérant vis-à-vis les pédés, ce que je ne suis pas) ou irritable et par là aider à ce que vous donniez vous-même une impression peu attractive devant celle que vous voudriez épouser.

Tels sont les effets pervers qui subsisteront en acceptant l’homosexualité uniquement à titre « d’aberration regrettable mais bien excusable »** – même à part la multiplication en bien d’autres domaines que ceci des cas décrits comme ça. Tandis que les effets inhérents à l’accepter à titre de « préférence non aberrante » venaient déjà d’être décrits avant, à propos le vieillissement de la population. Et la suite. Et dans ce cas (ou même dans les deux, dépendant en fonction du niveau de cynisme), on pourra éventuellement même mettre la pression pour que quelqu’un se fasse sodomite, comme le font actuellement les Chinois avec la capote.

Ceci est manifestement mal et doit donc être bloqué ou renversé par une opposition. Donc, même si les statistiques de la Sororité sont bonnes (chose dont j’ai des doutes déjà graves), leurs conclusion morale n’est pas bonne. Par contre, elles ont raison de ne pas soutenir les réclamations des lobbys gays qui vont au-delà de leur propos même.

Ce qui n’est pas faux, c’est qu’un homme qui est homosexuel et qui se reconnait comme tel, n’a pas perdu le droit de chercher le bonheur dans une activité sexuelle – mais cette vérité ne veut dire que l’on n’a pas le droit de leur interdire le mariage tel qu’il a été entendu par les siècles chrétiens par le seul fait qu’ils sont homosexuel. Un pédé a le droit de prendre une femme (sans lui mentir sur les faits) et une lesbienne a le droit d’épouser un homme. C’est banalement vrai que l’égalité qu’on prétendait en 2013 comme encore faisant défaut a toujours été là. Ou si elle manquait, c’est le fait des médecins ou des psychologues, pas celui des vieilles lois.

Hans Georg Lundahl
Bibl. de Nanterre Université
Veille de St. Jacques Apôtre

L'auteure que je viens de réfuter en partie était en occurrence Carole Raveraud, la sororité n'a pas fait une œuvre collective mais je ne retrouve point l'article sur son blog.

* Bien-sûr, un « couple gay » n’a pas le droit d’être responsable pour sa vieillesse en adoptant. Chacun du couple a le droit d’être responsable pour sa vieillesse en sortant du couple gay, en se mariant normalement, et en faisant d’enfants, comme on homme normal. ** Ce que font en réalité et en privée des gens qui officiellement sont pour l’égalité entre les homos et les hétéros.

Thursday, 23 July 2015

When I Was Protestant and When I Was Orthodox

When I was Protestant, I believed as Catholics do and as I do now about the Eucharist. Getting Protestant views explained was one of the reasons I converted. Especially as a Lutheran "priest" as I recall (I heard he denied saying it) once used Zwingli's argument as an argument for agnosticism about the issue - and that is less Catholic than standard Lutheranism (yes, Luther was more Catholic than Zwingli on THIS issue, though not Catholic enough).

When I was Protestant, I believed as SSPX Catholics about the Papacy - with Luther for my Monseigneur Lefèbvre, with Inquisition and Indulgences for my Novus Ordo and Dignitatis Humanae. I changed views when reading in Umberto Eco whom the Inquisitioners really targetted. Hint : Albigensians were not Evangelicals.

When I was Roumanian Orthodox (after first time I accepted Ratzinger after having been Sede "under" Wojtyla, before getting back to Ratzinger for a second time), I believed as Catholics do about filioque, except I didn't believe it belonged in the creed. I considered the Creed without it as "Traditional Latin Mass" and the Creed with it as "Novus Ordo".

Why am I saying this?

Well, I was reading the beginning of an article by a Protestant gone Catholic, and back when he was Protestant, he had a really Protestant view of Holy Communion. He began his article with, first sentence of 4th paragraph, "As a Protestant, I believed that the Lord’s Supper — Communion — was just a memorial feast." I never did. Learning about Sacrifice of the Mass was part of my Catholic conversion process, and before that (i e up to reading Name of the Rose) I had never been sufficiently aware of it to be against it any more than for it. But Real Presence, yes, that I believed in, and I was not quite happy with Luther's tergiversations to avoid straight forward Transsubstantiation either.

So, if ANYONE wonders how someone who has believed "the Lord's Supper" were somehow "JUST a memorial" changed his mind in a Catholic way, I am not the right person to ask. Get to this here article instead:

ChurchPop : What Changed This Protestant’s Mind About the Eucharist
by Albert Little

And if anyone wonders why I never was into what he describes in his paragraph four, part of the reason is, I was living in Vienna while becoming a Christian (except first few months in US, Bible given on flight by ma), and part of the reason is, I was told to read the Bible, and I never found the words "do this ONLY as a remembrance of me and don't imagine it's my body or anything" anywhere in any Gospel or Epistle.

I don't think anyone can derive Protestant doctrine on this matter from Bible texts according to Bible alone, if that is taken seriously. I do think people who thought perhaps Real Presence and then Sacrifice of Mass unattractive also promoted Bible Alone because Bible is somewhat less specific to the unaware eye than Catholic Theology about these matters. I also think people getting "Bible Alone" through Protestant Tradition are in fact getting "Bible + Protestant Tradition" and then these views of the Eucharist and Holy Mass as part of Protestant Tradition, but thought of (like Protestant Tradition) as part of "Bible Alone".

And obviously, Orthodox believe basically as Catholics, not as Zwinglians, about Holy Mass and the Blessed Sacrament. So, that was what I believed as an Orthodox too.

Hans Georg Lundahl
Nanterre University Library
St Bridget of Vadstena

Wednesday, 22 July 2015

On Spirographs and Standard Candles - Cosmic Markers for Mark Shea

1) On Spirographs and Standard Candles - Cosmic Markers for Mark Shea, 2) How Big is Kepler 452? A Geocentric Minority Report, 3) - But Parallax Guarentees the Distance of Kepler 452, Right? Right? Don't Tell Me It Doesn't!

Mark Shea is usually pretty good, except he has decided to be a mosquito for Geocentrics. The following paragraph, even if he's more of a bumblebee than a mosquito, physically, does succeed in giving some irritation (perhaps the sleep privations this night have made me somewhat unduly irritable):

In antiquity, nobody had yet teased out categorical distinctions between such things as miracles and magic, science and superstition, revelation and folklore. Firmly defined barriers between different species of knowing that later generations would erect did not yet exist. To ask if a man was practicing the rudiments of chemistry or alchemy, astronomy or astrology, science or magic, myth or religion was usually a nonsense question for ancients. They knew things were connected. But they were still only in the bare beginning stages of understanding how they were connected.

Sound familiar? They were, if not dumb, at least just childish starters. We are the ones that have grown smart enough to understand things fairly well.

Now, is that really so?

Those who know me, know I disagree on this one!

I will take an example from Spirographs.

Spirograph is a geometric drawing toy that produces mathematical roulette curves of the variety technically known as hypotrochoids and epitrochoids. It was developed by British engineer Denys Fisher and first sold in 1965.

The name has been a registered trademark of Hasbro, Inc., since 1998 following purchase of the company that had acquired the Denys Fisher company. The Spirograph brand was relaunched with original product configurations in the USA in 2013 by Kahootz Toys and in Europe by Goldfish and Bison.

[That was for juridic acknowledgements, I omit some history involving the mathematician Bruno Abakanowicz to get to the functioning:]

The original US-released Spirograph consisted of two different-sized plastic rings, with gear teeth on both the inside and outside of their circumferences. They were pinned to a cardboard backing with pins, and any of several provided gearwheels, which had holes provided for a ballpoint pen to extend through them to an underlying paper writing surface. It could be spun around to make geometric shapes on the underlying paper medium. Later, the Super-Spirograph consisted of a set of plastic gears and other interlocking shape-segments such as rings, triangles, or straight bars. It has several sizes of gears and shapes, and all edges have teeth to engage any other piece. For instance, smaller gears fit inside the larger rings, but also can engage the outside of the rings in such a fashion that they rotate around the inside or along the outside edge of the rings.

To use it, a sheet of paper is placed on a heavy cardboard backing, and one of the plastic pieces—known as a stator—is secured via pins or reusable adhesive to the paper and cardboard. Another plastic piece—called the rotor—is placed so that its teeth engage with those of the pinned piece. For example, a ring may be pinned to the paper and a small gear placed inside the ring. The number of arrangements possible by combining different gears is very large. The point of a pen is placed in one of the holes of the rotor. As the rotor is moved, the pen traces out a curve. The pen is used both to draw and to provide locomotive force; some practice is required before the Spirograph can be operated without disengaging the stator and rotor, particularly when using the holes close to the edge of the larger rotors. More intricate and unusual-shaped patterns may be made through the use of both hands, one to draw and one to guide the pieces. It is possible to move several pieces in relation to each other (say, the triangle around the ring, with a circle "climbing" from the ring onto the triangle), but this requires concentration or even additional assistance from other artists.

Now, I hope you ALL know what kind of curves I am talking about.

The digression was long, but it was meant to illustrate the kind of curve we mean. I played around with Spirographs when a child just after losing grandpa, spring of 1977 - when it was thought I would be growing up to be a Social Democrat, like gramp, since the group where I saw the Spirograph was called Young Eagles and it was a child and youth group for Social Democratic Party. No offense, but their Spirograph inspire me more to this day than their politics.

The thing is, when Copernicus is claimed to have been living in a time when Geocentric astronomy was too complex to be explained, we are not talking of physical explanation of movements – that being usually considered back then to be angels moving celestial bodies, we’ll get back to that in a moment – but of geometric “explanation” or description of orbits.

The problem with that is that Geocentrism requires some celestial bodies to move in Spirograph formed orbits. And as the Spirograph was not yet invented, that was a complex thing to draw out.

But it is now being claimed as if a Spirograph orbit were per se unbelievable.

We can among Christians agree, if God tells an angel to move Mercury in a Spirograph pattern, the angel will be able to do it, and even not really need the plastic rings.

And we even do see Spirograph patterns elsewhere:

IC 418, also known as Spirograph Nebula, is a planetary nebula in the Milky Way Galaxy.

The name derives from the intricate pattern of the nebula, which resembles a pattern which can be created using the Spirograph, a toy which produces geometric patterns (specifically, hypotrochoids and epitrochoids) on paper.

OK, not only would an angel be able to move Mercury in a Spirograph pattern, if that is what it takes for it to move as it does when observed from Earth, but Spirograph patterns are actually shown elsewhere in the universe too.

Was anyone saying the Spirograph pattern in planetary orbits was unbelieveable?

Well, frankly, no.

But if moderns really don’t get it, I can only restate the words of Mark Shea in a more accurate way like this:

In modernity, nobody is longer teasing out categorical distinctions between such things as miracles and magic, science and superstition, revelation and folklore. Firmly defined distinctions between different species of knowing that earlier generations did erect no longer exist.

Still, we moderns often try to force ancients into our categories.

Sometimes, yes, like following example, sometimes no. Examining facts as precisely facts and as, if not opposed to fancies (any more than to fads), at least formally distinct from them as such, is not a very new idea, even if some people like to pretend we only recently got the tools for it.

So when some scholars tell us there is evidence Israel encamped around the Tabernacle in such a way as to reflect the constellations (Numbers 2) we often get a mistaken notion. When we further discover that there are ancient synagogues with mosaics of the zodiac inlaid in the floor, that notion can harden into the certainty that Israelites "believed in" astrology.

This is false. There is something more like sacramental symbolism taking place here than astrology. Israel saw itself as the beginning of a new world order, symbolized by the "heavenly host". Indeed, the link between the "heavenly host" ruled by Yahweh Sabaoth (the "Lord of Hosts") and the "earthly host" of Israel is very strong in the biblical mind. For both hosts are ruled over by the same God. So the earthly Tabernacle was a miniature of God's heavenly dwelling: both were attended by the armies of the Lord, composed of the angels and the people of Israel. Similarly, in Genesis 37:9, Jacob and his sons are likened to the sun, moon, and twelve stars.

This conviction that earth and heaven are both guided by a common Creator runs through Scripture. We are told "the stars in their courses fought against Sisera" (Judges 5:20).

Was someone just telling me (a few months ago) that “angels moving stars” was a non-biblical concept, taken over from Pagans, alien to the Biblical world view?

Well, no, once again.

And so, the argument for Heliocentrism as per “situation when Copernicus discovered it” falls to the ground. Not the only one, by the way.

Mark Shea actually offered another one. Or two, but the one about Geostationary satellites was already answered elsewhere, Mark Shea not being the only reader of Karl Keating who has taken this hastily as absolute proof against a non-rotating earth while ignoring the Geocentric answers. I already threshed that one out with Tom Trinko and will concentrate on the former one here.

Here it is:

Geocentrists claim earth is the center of the universe and all other heavenly bodies orbit it. Some even insist earth does not rotate on its axis. Instead, according to them, the entire universe moves around earth every 24 hours. The falsity of this folly has, of course, been shown many times. Such a theory requires we believe galaxies billions of light years from earth to make a complete circuit of the universe every 24 hours at speeds orders of magnitude faster than light rather than acknowledge the obvious fact that earth is just rotating on its axis.

There is a thing called "Cosmic distance ladder" involved here.

It involves a thing called standard candles:

Almost all astronomical objects used as physical distance indicators belong to some class that have a known brightness. By comparing this known luminosity to an object's observed brightness, the distance to the object can be computed using the inverse square law. These objects of known brightness are termed standard candles.

In astronomy, the brightness of an object is given in terms of its absolute magnitude. This quantity is derived from the logarithm of its luminosity as seen from a distance of 10 parsecs. The apparent magnitude, or the magnitude as seen by the observer, can be used to determine the distance D to the object in kiloparsecs (where 1 kpc equals 1000 parsecs) as follows: [omitting formula, which I will not per se be criticising.]

But well before starting to decide the absolute or physical magnitude and brightness of standard candles, astronomers were stuck with two items : apparent magnitude/brightness, and distance supposedly calculated from parallax.

Now, if parallax (as observed by astronomers) is NOT what Heliocentrics think it is (namely a parallactic illusion, similar to when trees and rivers [seem to] move sideways to onlookers in a [moving] train), then it is NOT a distance measure either. And if first calibration of standard candles is wrong, which it can very well be to a Geocentric reasoner's satisfaction of possibilities, then standard candles are not reliable either, because calibrated wrongly. And this leaves all the rest of the rungs of the "cosmic distance ladder" unattainable, since the first two rungs were not so.

This means that a non-rotating Earth does NOT require me or any other reasonable logician to "believe galaxies billions of light years from earth to make a complete circuit of the universe every 24 hours at speeds orders of magnitude faster than light", since I have no reason to believe there are "galaxies billions of light years away" in the first place.

Which is of course where Geocentrism ties in, as always with me, with Young Earth Creationism.

"Furthest visible stars are billions of light years away [or were when their light was emitted to us], this means it took their light billions of years to reach us, this means if God created anything at all, He created universe billions of years ago, not a few hours before a day one of a seven day week ending with Adam and Eve enjoying a Sabbatical picnic in Eden less than 10.000 years ago."

Now, suppose "furthest" as well as "nearest" visible stars are much closer than that. As a Geocentric, I can do that. Here is the corrected version:

"Furthest/nearest/all visible stars are one light day away, this means it took their light one day to reach is, this means if God ... created them on day four, they were already visible to the birds created on day five, and then to Adam and Eve created on day six as well."

Now, that does NOT sound like a refutation of Biblical Chronology to me.

Hans Georg Lundahl
Nanterre UL
St Mary Magdalen

Links to cited texts:

New Catholic Register : Puny Humans, Geocentrism, and ET
by Mark Shea : 07/17/2015

Wickipeejuh : Spirograph

Wickipeejuh : IC 418 (or Spirograph Nebula)

Wickipeejuh : Cosmic distance ladder
a linea : Standard candles

Tuesday, 21 July 2015

Qui est pire, entre Lisa Ramshaw et Chiheb Esseghaier?

Voici l'article:

Poste de Veille : Des antipsychotiques pour «déradicaliser» un scientifique devenu terroriste ?

Chiheb Esseghaier est coupable de complot, mais pas encore d'un acte violent.

Lisa Ramshaw est très certainement déjà coupable d'avoir maltraité des gens qu'elle juge "schizophrènes" avec antipsychotiques.

Chiheb Esseghaier est coupable d'être radical pour la mauvaise religion, ou plutôt pour une des mauvaises religions.

Lisa Ramshaw est coupable d'être radical pour une certaine forme d'athéisme.

Il y a peut-être des gens qu'elle a convaincus avec cet "argumentum baculinum" (et ayant été l'objet en certains temps de ma vie des antispychotiques, je sais très bien combien "baculinum" est cet "argumentum"), ça ne prouve pas que leur religiosité était maladive, dans le sens médical, ça prouve que le traitement était dégueulasse.

Chiheb est coupable d'avoir joué les Croisés sans être autorisé par un Pape, et en visant des gens que la Croisade ne pourra pas toucher. Mais il n'a rien effectué.

Lisa Ramshaw est coupable d'avoir joué l'Inquisition, sans avoir l'orthodoxie requise (et biensûr sans être autorisée par un Pape) et en visant des gens que l'Inquisition ne pourra pas toucher. Chiheb Esseghaier, d'abord, puisque cet homme n'est pas baptisé. Et ensuite, je me doute s'il n'y a pas de Catholiques qu'elle retient pour une radicalité non-violente ou dont la violence a été provoquée, mais dont l'orthodoxie est de beaucoup supérieure à la sienne.

Pour beaucoup de gens, Lisa Ramshaw fait partie de notre panoplie de lutte contre des gens comme Chiheb Esseghaier. Pour moi, les deux sont de menaces pour la liberté et pour la paix des Chrétiens. Et, hélas, il y a des gens qui se veulent champions des Chrétiens contre les Musulmans, qui, en visant les Chiheb, laissent parfaitement en paix ou soutiennent même directement, les Musulmans du côté de Lisa Ramshaw.

Hans Georg Lundahl
BU de Nanterre
St Laurent de Brindisi


4 7
1 3
7 8
4 2
6 9

Solution click here/clicquez ici.

Sunday, 19 July 2015

Mythus de Baccho

potest esse historia Moyses, non ut revera fuit, sed ut a paganis post facta et multas peripetias retenta est.

Prima indicatio est nomen, quia Mises non longe distat a Moyse, nunc autem Dionysus sive Bacchus dicitur, mihi videtur a Pausania, et nominatus Mises. Et fuisse de origine Aegyptiaco.

Secunda indicatio est calumnia contra Hebraeos qui a quibusdam paganis dicebantur esse cultores et adoratores Bacchi.

Tertia indicatio, et Moyses et Bacchus habuerunt baculum.

Quarta indicatio, et Moyses et Bacchus postulabant quid de quodam tyranno, qui noluit et qui punitus est.

Quinta indicatio, et Moysen et Bacchum filia tyranni quodammodo adamaverunt - sed in casu Moyses hic tyrannus fuit alius quam ille de quo Moyses postulavit, et amor filiae Pharaonis perfecte honesta fuit.

Sexta indicatio, et Pentheus et Pharao puniti sunt in masculo poisteritate, in filio sive nepote, per proximi mortem.

Septima indicatio, et Moyses et Bacchus conduxerunt quodammodo exodum e potestate tyranni.

Illae indicationes sunt per comparationem imperfectae similitudinis. Nunc hae erunt per comparationem differentiae:

Octava indicatio : si Bacchus minus honestus est quam Moyses, et multo, Aegyptii et forsitan Hyksos (praesertim si Amalecitae fuerunt) habuerunt animum Moysis calumniandi.

Nona indicatio : si Bacchus nihilominus ut deus colebatur et non ut cacodaemon exsecrabatur a paganis, est forsitan quod, adminus si Hyksos venerunt post Exodum, eorum expulsatio fiebat per Pharaones qui honorabant memoriam Moysis, quia Ahmoses et Thutmoses uterque per nomen regale eum honorabat. Et liberati sunt de Hyksos.

Decima indicatio : si Bacchus in mytho Graeco non tantum per Aegyptum ambulans operabat miracula vini quam potius alias, et si Pentheus videtur non esse Pharao sed alias quam in Aegypto tyrannidem egisse, est quod oblivisci voluerunt Aegyptii, et partim obliti sunt.

Decima prima indicatio : si baculus Bacchu non aquam ex petra sed vinum produxit ex aqua, partim est mala comprehensio phraseos "totus fluvius ruber fuit", partim est quia gens Hebraeorum per quadraginta annos quasi in deserto sabbatizans Aegyptiis videbatur quod hodie dicunt quidam "irresponsabilis".

Decima secunda indicatio : per Mysen data est lex, et aquam et receperunt ab eo Hebraei. Sed dicunt Talmudistae : "lex ut aqua, Misna ut vinum, Gemara it vinum herbis mixtum". Per Bacchum aqua dicebatur facta esse vinum, per Chistum revera id factum est in Cana, ut melius dicendum sit : lex Vetus ut aqua, lex Nova ut vinum.

Ita, si Bacchi mythus falsa fuit memoria de Moyse ex partim vera quamvis obliqua fuit prophetia de Christo, qui vere maior erat Moyse et post eum venit.

His non obstantibus, mythus et cultus Dionysi ut a paganis habiti, immorales erant in se : solum in origine et prophetiae allegoria aliquid honestum, immo honestissmum videtur.

Iohannes Georgius Lundahl
Dominica Octava post Pentecosten

Thursday, 16 July 2015

Qui écrit le futur?

Il y a un image sur FB, un dîner familial des années 50, selon les cheveux soignés et le costume du papa, ainsi que le noir-et-blanc.

"Papa, pourquoi il n'y a ni juifs, ni chrétiens, ni musulmans en STAR TREK?"

"Parce que c'est le futur, fiston!"

Donc, la vision du futur véhiculé par Star Trek est un futur sans religion, de toute manière sans religion Abrahamique.

Avant de l'avaler, peut-être vaut-il la peine de se poser une bonne question:


Bon, d'abord, selon ce papa, qui semble approuver cette vision du futur.

Ensuite, avant lui, des gens derrière Star Trek.

Je me souviens d'un anecdote sur Gene Roddenberry, quand il avait commencé d'écrire Star Trek. Un collaborateur disait "Enterprise étant un vaisseau militaire, il doit y avoir un aumônier militaire."

Et Gene Roddenberry de refuser d'en mettre un dedans.

Regardons un peu plus de près Gene Roddenberry:

Roddenberry was raised as a Southern Baptist*; however, he considered himself a humanist.** He began questioning religion around the age of fourteen, and came to the conclusion that it was "nonsense".*

* Van Hise (1992): p. 7 = Van Hise, James (1992). The Man Who Created Star Trek: Gene Roddenberry. Pioneer Books. ISBN 1-55698-318-2.

** Alexander (1995): pp. 166 – 167 = Alexander, David (1995). Star Trek Creator: The Authorized Biography of Gene Roddenberry. New York: Roc. ISBN 0-451-45440-5.

La wikipédie est merveilleuse, quand elle donne ses sources, non? Bon, en résumé, de "Baptiste du Sud"* il est apostasié à l'âge de 14 pour devenir humaniste (la wikipédie n'a pas utilisé le mot apostasier).

Ce cet homme là qui a rêvé un futur sans ni juifs, ni chrétiens, ni musulmans. Et c'est à cet homme là qu'on a confié la tâche d'écrire une série sur "le futur" parmi les producteurs.

Bon, ces producteurs ne connaissaient pas le futur mieux que Gene Roddenberry. Nous, en tant qu'hommes, nous n'avons pas accès au futur. C'est un pays exotique, comme l'intérieur de l'Afrique avant les découvertes de Livingstone, quand un Rider Haggard pouvait y poser Les Mines du roi Salomon ou Elle. Bon, peut-être ces romans ont été écrits après les découvertes de Livingstone, mais il y avait encore en Afrique des endroits très peu cartographiés, sur lequel le romancier pouvait se pencher, entre autre chose pour dire des choses qu'il ne pouvait pas utilement dire dans le milieu anglais. C'est à dire, qu'il ne pouvait pas utilement dire en écrivant un roman posé en milieu anglais.

Notamment, pour lui comme pour Roddenberry, le Christianisme est dans ses endroits exotiques beaucoup moins présent même parmi européens. Et il y en a parmi les personnages de Rider Haggard. Peut-être ceci est génuine : le milieu colonial a pu attirer des libres penseurs, parce que la proximité avec les religions non-chrétiennes leur donnait une "perspective" qu'il valorisaient. Et ça, Rider Haggard a pu savoir en ayant rencontré des gens comme ça (et peut-être en étant un lui-même aussi) pendant son séjour en Afrique du Sud, à l'époque encore divisée, et lui il était en Colonie de Natal. Sept ans, entre 1875 et 1882. Mais Gene Roddenberry, par contre, n'a jamais rencontré quiconque qui lui soit venu du futur.

Le futur, tant qu'il en reste, est inconnu pour nous, comme pour Gene Roddenberry.

Nous n'avons pas à simplement fantasmer sur un futur sans les religions Abrahamiques. Nous avons à nous poser la question si un tel futur est souhaitable et possible.

En étant Catholique, je ne le considère pas du tout comme possible. Dieu, devenu Homme, avant de monter aux Cieux a dit à ses Onze Disciples (les Douze moins le Traître, celui-ci pas encore remplacé par St Matthias) qu'Il sera avec eux tous les jours (sans interruption alors) jusqu'à la fin des temps.

Et avec la fin des temps, on n'aura plus de futur. Il n'y aura plus des futurs possibles et ouverts à la spéculation, comme de nos jours les contrées décrites par Rider Haggard ne sont plus possibles à poser dans un Afrique ayant une possibilité même théorique d'être réelle.

L'Église Catholique sera encore là le XXIIe Siècle - ou le XXIIe Siècle ne sera pas. Et elle y sera la même, si ce siècle sera, que pendant les XX Siècles depuis l'an 33**, bientôt XXI siècles. Elle ne sera pas une Église spatiale, adapté à la vision de Star Trek, avec la seule différence que l'Église aussi aura trouvé sa place à Enterprise. Elle sera elle-même.

Posons qu'on ignore ceci, on va pas trouver nécessaire que l'Église survivra, on va trouver possible que l'humanité aura un jour oublié l'Église.

Certains le trouvent même souhaitables, et il me semble que Gene Roddenberry trouvait ainsi, quoique son hargne peut-être se tournait plutôt contre la théologie des Baptistes du Sud que contre celle des Catholiques.

Mais le futur de Gene Roddenberry n'est plus valable que l'Afrique de Rider Haggard.

Est-il au moins plus rationnaliste?

Même pas. Rider Haggard s'interessait pour les "phénomènes paranormaux", et de Gene Roddenberry, ses successeurs ont introduit une spiritualité fortement New Age dans les épisodes de Star Trek plus récents, comme les sorties les années 90. Notons, les phénomènes paranormaux, un chrétien aussi peut les étudier et en avoir une idée. Gary Bates a étudié les OVNI et les ET, et il croit que pas mal de fois, il s'agit des démons. Et non des simples illusions ou hallucinations. C'est démoniaque, pas pathologique.

Mais en Star Trek on a désormais Jadzia Dax*** - quoique ce n'est pas la faute de Gene Roddenberry directement, les créateurs de Deep Space 9 sont Rick Berman and Michael Piller, et leurs coécrivains n'incluent pas Gene Roddenberry. Il est d'ailleurs déjà décédé en 1991, donc avant Deep Space Nine.

Et le futur de Deep Space 9 est, comme celui des épisodes par Roddenberry, 20 ans plus tôt, autant le futur génuine que Les Mines du Roi Salomon est situé en Afrique réelle - ou un peu moins.

Je crois avoir mis le doigt sur le qui - à savoir à qui plaît-il d'imaginer un futur sans Juifs, Chrétiens ni Musulmans : aux apostats du Christianisme (Gene Roddenberry), aux ésotériques (les auteurs derrière Jadzia Dax). À des gens qui aiment la liberté totale de la spéculation.

Ou leur liberté de spéculation n'est pas totale. Ils n'ont pas vraiment la liberté d'imaginer un futur dans lequel les sondes spatiaux auront échoué de repérer quoi que ce soit comme trace de l'univers "rempli" de la cosmologie moderne, auront repéré au lieu de ça un univers "creux" avec les étoiles comme périphérie et nous dedans au milieu, et comme conclusion que l'univers qui tourne autour de nous est tourné par Dieu, et non pas par une illusion née par une prétendue tour faite par notre globe elle-même.

Par contre, ils sont pleinement capables d'imaginer un futur dans lequel nos valeurs traditionnelles sont creusées sur point après point de la doctrine morale. Et nous, les Chrétiens, nous considérons nos valeurs comme remplies, comme valable partout dans le cosmos. Un ange pourra danser la danse de la "Parallaxe inversée" avec son étoile (63 Ophiouchi, par exemple), mais il ne pourra pas ne pas vouloir adorer Dieu ou vouloir qu'on l'adore au lieu du bon Dieu. Il ne pourra pas approuver ni l'avortement de fétus, ni l'implantation des "entités vermiformes de Trill". Il ne pourra même pas être indifférent entre les différences entre les confessions juives, chrétiennes ou musulmanes, il sait très bien qui a raison et qui a tort.

Malheureusement, cette vision de l'espace et cette vision du futur ne sont pas si véhiculées par Star Trek ou par séries avec une popularité et tout d'abord une diffusion pareille. Il y en a des dystopies aux États-Unis qui font valoir le respect de la vie humaine, comme Logan's Run° - mais nettement moins présents dans les média internationaux que Star Trek. Et la série Left Behind (probablement très incorrecte sur le quand du ravissement de l'église, mais au moins chrétienne), bon, Left Behind I: The Movie (2000), Left Behind II: Tribulation Force (2002), Left Behind III: World at War (2005) ne sont pas sortis en France. Les livres oui, comme Les Survivants de l'Apocalypse, et le remake en 2014, oui, comme Le Chaos. L'année passée je n'ai pas vu beaucoup d'annonces pour ce film à Paris. Et pour ne rien dire de l'absence encore plus grande de fiction catholique sur la fin des temps - à moins de compter Le Seigneur des Anneaux comme vision apocalyptique déguisé par remplacement dans un temps fictionnel passé. Car il est par un Catholique.

Mais encore, vivre dans une culture dans laquelle Star Trek à lui seul est vu comme plus populaire que Les Survivants de l'Apocalypse et L'Âge de cristal, et comme plus crédible et sérieux comme vision du futur que Le Seigneur des Anneaux, c'est quand même pas très encourageant pour qui croit la vision catholique dessus.

Il y a des gens qui prétendent sauver "notre planète" (mais la terre est, à différence de vénus ou mars, stable dans le centre de l'univers, et n'est donc pas un "astre vagabond", ce que signifie planète), et qui prétendent la sauver en faisant ignorer les visions apocalyptiques de nous les Chrétiens. Notamment des Catholiques. C'est faux.

Des gens qui ne comprennent pas le sérieux et la vérité du Catholicisme (et les séries comme Star Trek y contribuent) peuvent se sentir irrités par les prétentions du Catholicisme. Ils peuvent trouver que Star Trek fait rêver (comme les gens qui ont mis l'image sur FB, avec lequel je viens de commencer cette réflection). C'est dangéreux de la même manière qu'un film ou roman Nazi sur une utopie d'un futur Judenfrei des années 30 était dangéreux. Regardez bien ce qui se passait les années 40, même ce qu'admettent les révisionnistes n'est pas du tout anodin.

Par contre, il semble erronée que l'an mil aurait été le centre des dangers sociaux provoqués par la lecture de l'apocalypse, même si Baronius (il me semble, selon un article auquel je n'ai pas la référence pour l'instant) traçait les hérésies comme les Albigeois à cette prétendue hystérie. Et à part l'an mil, il ne semble pas que la lecture de l'Apocalypse ait donné un quelconque danger.

Avec une exception, peut-être. Newton a fait un commentaire, dans lequel il identifie l'Antichrist avec la Papauté, et les 1270 jours avec autant d'années. Ceci a pu jouer dans l'anticatholicisme américain, donc dans la guerre Américo-Espagnole par laquelle Cuba et les Philippines devinrent des protectorats des États-Unis après d'avoir été les dernières colonies outre-mer d'Espagne, sauf le Rif. Ou dans les lois vexatoires ou même beaucoup pires que ça de certains états du Canada vis-à-vis les Québecquois. Mais là, l'église peut faire une contreattaque en exposant les prédictions de l'Apocalypse plus correctement.

Donc, non, la préférence actuelle des média est une mauvaise. Et si on parle de l'Apocalypse, il y a qui considèrent "la bouche comme d'un lion" (voir Apocalypse 13:2) comme prédisant les média dominés par Zionistes. Il y a des média alternatifs, mais dont la voix est couverte par celle des média conventionnels, comme quand la voix venant de la bouche d'une souris est facilement couverte par celle qui sort de la bouche d'un lion.°°

Et de là, il me semble que j'ai déjà évoqué que le futur par rapport aux années 70' vient de s'approcher davantage à l'Apocalypse (et à ses prédictions des tribulations des derniers temps, il y a eu des choses qui étaient toujours d'actualité, comme la liturgie céleste du chapitre 6) qu'à la vision de Gene Roddenberry.

Les gens qui ont la vision du monde de Starship Entrerprise n'ont pas oublié le christianisme dans un passé lointain, ils sont plutôt prônes à se souvenir, au moins de temps en temps, de son existence, et ça avec un certain dégoût. Très loin des vues assez dépassionnées qu'on se permettait à ces temps des mythologies grecques ou romaines. Et la vue des mythologies est devenue moins dépassionnée aussi.

Je crois que Dieu écrit le futur dans sa providence (sans nous ôter le libre arbitre, sa providence en prend compte de manière merveilleuse). Mais même ceux qui ne le croient pas devraient se pouvoir dire que Gene Roddenberry n'était pas en train d'écrire le vrai futur.

Et avant de finir, si on avait eu des Starship Enterprise, on aurait eu une preuve à la Vasco da Gama pour l'Héliocentrisme. Entretemps, on n'a pas eu ces Enterprise ou Faucon Millenium, ni l'Étoile noire, on n'a pas marché sur Tatouine ni sur Syrte-la-magnifique, capitale de l'empire des mille planètes. Les preuves à la Vasco da Gama pour l'Héliocentrisme pullulent - dans le space opera - autant qu'elles font défaut dans l'histoire réelle.

Hans Georg Lundahl
BU de Nanterre
Notre Dame du Carmel

* Parlant des "Baptistes du Sud", Kent Hovind n'en est pas, il est "Baptiste indépendant", autre chose. Sa congrégation a refusé de rejoindre une grande "dénomination" baptiste comme les Baptistes du Nord, Baptistes du Sud et ainsi de suite.

** Certains disent plutôt l'an 32 ou même 29.

*** "Le symbiote (ou symbiont) appelé Dax est une entité vermiforme originaire de la planète Trill, qui ne peut survivre qu’en étant porté par un hôte avec lequel il évolue dès lors en totale harmonie. En plus de deux siècles d’existence, il a ainsi connu sept hôtes et hôtesses différents (respectivement prénommés Lela, Tobin, Emony, Audrid, Torias, Joran et Curzon) avant d’être implanté dans l’organisme de Jadzia."

Pour un Chrétien, ça sonne comme possession démoniaque, ou comme un Familiaris. Donc, comme sorcellerie. Je ne recommande à personne de se faire implanter une entité vermiforme. Qui est-ce qui se rappelle "où le feu n'est jamais éteint et le vers ne meurt jamais"?

° L'Âge de cristal en français. Qui s'en souvient? Moi j'ai vu à la télé (en épisodes coupées, donc pas le tout, juste uneépisode) quand j'avais neuf ans et me trouvais aux États-Unis. En 1977, l'année après la sortie comme film.

°° La même exégèse, avec prétention d'être visionnaire par un prêtre de Beiruth, considère "les pieds comme d'un ours" comme faisant référence à tous les dirigeants, notamment premier-ministres d'"Israel" qui sont issus de la juiverie de l'Empire Russe. Une juiverie moins amène aux Chrétiens et davantage prône à l'athéisme que certaines autres.